Marine Roussel - Domaine du Joncier - Lirac

La Fin...

Aujourd’hui Marine Roussel a un autre objectif pour son domaine du Joncier… Elle souhaite aller plus loin, au bout de son chemin… Pourquoi pas l’agro-foresterie ? En finir avec la mono-culture et recréer une terre qui ne serait plus à notre service mais bien le contraire…


Instinct de survie...

A gauche de la photo, Marine Roussel, la vigneronne. Elle sourit et pose sa main droite sur un grande amphore en terre cuite.

Ce projet est un long chemin qui dure depuis 30 ans.

Celle, pour qui la bio-dynamie est un art de vivre, est constamment à la recherche des meilleurs conditions, des meilleures méthodes pour recréer et enrichir la vie.

Tout cela va bien au-delà d’une conviction. La bio-dynamie est pour elle « de l’ordre du sensible, de l’instinct et du féminin ». Elle recherche constamment cet équilibre, qu’il soit dans son vignoble ou dans ses vins. « Aller vers le raisin ».


Fraicheur marine...

La totalité de son vignoble est sur des galets roulés. Un terroir habituellement propice aux vins puissants.

Mais dès les premières pratiques en bio-dynamie, la fraîcheur se fit sentir dans ses vins. La pureté du fruit entrait dans la danse. Elle était sur le bon chemin, celui qui lui correspondait... et ce tournant, Marine Roussel le doit, à un livre sur la bio-dynamie, de Nicolas Joly " le vin du ciel à la terre". Ce fut le déclencheur.

Aucune envie de Bayer...

Depuis des années, elle s’employait à cultiver en bio, à équilibrer la vie du sol, à exclure la notion de rendement, à découvrir l’identité de son terroir en éliminant tout ce qui était contraire à la vie.

La terre, dont elle avait héritée, avait été appauvri par des années de viticulture intensive.

Elle avait vu ces pratiques à l’œuvre et les trouvait déjà incohérentes. La terre n’était pas encore l’endroit où elle y mettra tout son amour.

Cela viendra bien plus tard, quand son père, ancien ingénieur agronome de chez Bayer et à qui appartenait le domaine, tomba malade en 1996.

À cette date, elle arrêta rapidement cette viticulture pour entamer son chemin vers le bio. Une nouvelle terre à conquérir pour Marine….


Du vin aux raisins

La vinification est pour elle une histoire de perception... Car c’est à la cave que son histoire d’amour avec le vin commence, en 1989. Là où son instinct, toujours lui, pouvait s’exprimer pleinement, mais sans vouloir tout maitriser, non plus... juste accompagner, écouter et permettre d'essentialiser ce qui venait de la terre. C’est ce qui l'a attiré... voir éloigné d’un monde qu’elle trouvait trop cartésien, où tout est linéaire, logique, implacable… Réponse A ou réponse B… Très peu pour cette ancienne graphiste… Le monde est beaucoup plus complexe, beaucoup plus beau qu’un schéma établi.

Il doit, certainement, être comme dans les souvenirs qu’elle n’a plus. Les souvenirs de la petite fille qui quitta, à un an, l’Algérie pour un nouveau continent. Un monde à accueillir, à comprendre, s'enraciner. C'est cette terre que Marine Roussel recherche. Alors autant qu'elle soit préservée, qu'elle puisse l'aider à s'exprimer au mieux avec les armes qu'elle a en sa possession... la passion et la patience.


Le début…

Aujourd’hui Marine Roussel a un autre objectif pour son domaine du Joncier, elle souhaite aller plus loin, au bout de son chemin… Pourquoi pas l’agro-foresterie ? En finir avec la mono-culture, recréer une terre... et enfin trouver la sienne.


Les Vins

Le Domaine du Joncier est situé à Tavel et se répartit sur environ 30 hectares de vignes. Il produit du vin sous les appellations Lirac, Côtes-du-Rhône et Vin de France.

Tous les vins du domaine peuvent être considérés comme des vins natures. Pas d’intrant, peu ou pas de sulfites.

Mais Marine Roussel a un reproche à faire aux vins natures ou plus précisément à la mode des vins natures… et notamment celui d’une standardisation du goût. (Pour creuser le sujet, c’est ici.)

Dans l’ensemble, vous apprécierez le côté à la fois frais et concentré des vins avec « Les muses » en Lirac rouge et « l’O de Joncier », un Grenache en Côtes-du-Rhône.


Mais on va rentrer dans le détail avec deux vins à découvrir absolument :

On y voit une bouteille de vin blanc qui se nomme Lumen. Un verre rempli. la couleur du vin est orange. dans le fond, un sapin et une crèche

Lumen - 2019 - Vin de France

Cépages : Bourboulenc, Roussanne, Marsanne

Lumen est vinifié et élevé en amphore avec la peau du raisin.

C’est ce que l’on appelle vin orange.


Vous aimerez : Son originalité à tout point de vue.

Son nez d’abord, sur des notes miellées, de prunes, d’abricots et d’oranges confites. Quelques petits fruits rouges aussi et des notes de poivre. Un nez très complexe, affirmé et je dois le dire, assez déroutant.

En Bouche, il a une belle onctuosité. C’est chaleureux avec une trame aromatique, un peu oxydative qui libère des notes de fruits secs, en plus de ceux ressentis au nez.

Étant vinifié avec les peaux, une structure tannique fait son apparition. Les tanins sont légèrement fermes mais fins.

C'est un véritable vin de gastronomie, très singulier, complexe et envoutant... on tombe assez rapidement sous le charme.

Prix : 20 euros


Icarus - 2017 - Vin de France - Sans sulfites


on y voit la cuvée Icarus du domaine du joncier. l'étiquette est noir avec des écriture blanche. dans le fond un vase en terre cuite renversé, pour symbolisé l'amphore dans lequel le vin est élevé.

Cépages : Mourvèdre

Ce vin est élevé en amphore.

« Cet élevage est un symbole de ce raisin, poursuivant sa transformation dans la terre. Tout est fait pour en tirer l’essentiel. »

"La particularité de l’Amphore, est qu’il apporte de la respiration au vin, mais aussi de la minéralité."

Vous aimerez : Son nez affirmé et subtil sur les fruits noirs, le sous-bois, les épices comme le poivre, la réglisse et des fines touches de cannelle. Il y a effectivement un caractère minéral sur la pierre à fusil, le silex...

En bouche, la rondeur est bien définie, avec une certaine amplitude et une tension qui ramènent de la fraîcheur et suspend le vin en bouche. Des tanins très fins et encore fermes viennent structurer le tout. Une belle expression du fruit, c'est délicat, très agréable en bouche.

La finale est fruitée, généreuse, tout aussi délicate avec une légère amertume en fin de bouche.

Un vin structuré avec du caractère, mais aussi de la finesse et de la complexité. Gros potentiel.

Prix : 43 euros


Conclusion : Je pense que les vins valent le détour. Il y a de la maîtrise dans leur réalisation, mais on sent bien que chaque vin exprime sa personnalité. Ils sont à la fois surprenants et typiques de leur cépage... Une surprise à chaque fois... Moi, j'aime beaucoup.



Si vous avez aimé cet article alors, cliquez sur le petit coeur en bas à droite 😉.

👉🏻 Ne manquez aucun article en devenant membres du blog

👉🏻 Vous pouvez également me suivre sur Facebook et Instagram


Posts récents

Voir tout