Nathalie Reynaud - Domaine de L'Abbé Dîne - Chateauneuf-du-Pape

Avant d’être un domaine « L’abbé dîne » était une expression. Elle tire son origine des guerres de religions.

A une certaine époque, les soldats protestants faisaient la chasse aux curés catholiques, qui célébraient des messes en cachette. Quand les soldats arrivaient pour punir l’outrecuidant, les bonnes sœurs les arrêtaient, en leur disant « Silence, l'abbé dîne ». C'était le signal ! Il fallait plier boutique !

En provençal, ces bonnes sœurs étaient appelées, également, « Les Bédines », mais c'est aussi le nom de la parcelle Châteauneuvoise du domaine de... L’Abbé Dîne. Vous voyez la connexion…

Cette parcelle est dans la famille de Nathalie depuis 1880, elle est située sur les fameux terroirs de sables, de Châteauneuf-du-Pape et non loin d’un certain Chateau Rayas. Si aujourd’hui cet endroit fait rêver plus d’un amateur de vin, ce terroir était considéré comme le plus mauvais du village…

Ce qui n’a pas empêché César Henri Reynaud, le Grand-père de Nathalie, d’être un des fondateurs de la Cave Coopérative de Châteauneuf-du-Pape, le Cellier des Princes. Son fils, Jean, développa la vigne dans les années 80, et c’est avec la cinquième génération, en la personne de Nathalie Reynaud que les premières bouteilles arrivèrent…


Moi, quand je serais grande...

Bien qu’ayant grandi au milieu des raisins, mais aussi des melons et des asperges, Nathalie ne voulait pas suivre la trace de ses parents. Elle rêvait d’un ailleurs, se voyait institutrice, bergère, et d’autres choses. Là, où l’herbe est plus verte. C’est dans les pâturages de la vie d’entreprise, et plus précisément dans le secteur bancaire qu’elle commence sa vie professionnelle… Juste le temps de se rendre compte que ce n'était pas pour elle.


En 2005, elle retourne au bercail, mettre la main à la pâte. Mais le maraîchage n’était pas la passion de Nathalie, cela lui procurait une certaine insatisfaction : « On récoltait, on vendait ». Elle avait besoin de plus, d’une étincelle. Cette étincelle, elle la rencontra en se formant, la même année, dans un domaine voisin, « C’était magique ». Ce n’était plus une étincelle, mais des étoiles qu’elle avait dans les yeux. La vinification, une transformation dans laquelle elle pouvait s’exprimer… C’était cela qu’elle ferait !

Vous n'aurez pas l'Alsace...

D’occasions rêvées, en occasions ratées, il faudra sept ans avant de voir le domaine se créer, en 2012. Ce fut aussi l’année de naissance de sa fille.

Mais les premiers pas de l’Abbé Dîne, ne furent pas évident. Déjà, Nathalie n’est pas du monde du vin, « alors il a fallu s’adapter ». Son homonymie avec un célèbre vigneron, attirait aussi, bien des regards… Mais ces derniers se détournaient, quand ils comprirent qu’elle n’avait aucun lien de parenté avec le domaine des Tours.

Et puis il y a eu le premier salon, en Alsace, en 2013… « Un cauchemar ! Je n’ai pas eu un sourire de la journée, pas vendu une bouteille. »

Elle rentre de cette journée dépitée, se demande ce qu’elle a bien pu faire pour se retrouver dans cette galère !


Non mais allô, quoi !

Quelques jours plus tard, peut-être même le lendemain, le téléphone sonne et un certain Roberto Petronio veut la rencontrer...

Avec ce qu’elle venait de vivre, elle n’abordait pas ce rendez-vous, de manière très sereine : « Je faisais bonne figure, mais au fond de moi, j’étais dévastée ».

Résultat : Roberto fut enchanté par la dégustation et ses premiers Côtes-du-Rhône et Côtes-du-Rhone Villages furent cités dans la RVF. L’aventure était lancée !

Aujourd’hui, Nathalie a le sourire ! Et si vous avez, un jour, le plaisir de la rencontrer, vous repartirez, aussi, avec le sourire. J’ai pu rencontrer une vigneronne entière, généreuse, qui vous transmet sa joie de vivre et sa passion.

Elle met son cœur dans chaque cuvée et ça se voit… Ou plutôt, ça se goûte !


Les vins

Le domaine de l’Abbé Dîne est situé à Courthézon (Vaucluse)

Il produit du vin sur 4 appellations : Châteauneuf-du-Pape, Côte-du-Rhône-Villages, Côtes-du-Rhône et IGP Pays du Vaucluse


Voici trois cuvées, qui m’ont vraiment séduit, voir scotché !

Et je commence avec mon coup de cœur.


Châteauneuf-du-Pape - Blanc - 2018

Cépages : 70 % Grenache Blanc, Roussane, Clairette, Bourboulenc


Ce vin blanc a un nez réjouissant, solaire. On a envie d’y rester. On y décèle des notes de poire williams, de fruits de la passion et de poivres. C’est finement miellé avec des touches minérales et d’amandes vertes.

En bouche, il a un joli gras. C’est velouté, ça navigue et ça danse au milieu d’une légère tension qui rehausse les arômes de fruits exotiques, de poivres et avec aussi une petite salinité.

Salinité que l’on retrouve en finale avec les fruits et le poivre, embarqués dans une persistance soyeuse.


Il y a beaucoup de grâce dans ce vin, son amplitude réjouit, sa fraîcheur apporte de la tenue et ses arômes oscillent entre charme et gourmandise. Un très beau Châteauneuf blanc !

Prix : 27 euros


Châteauneuf-du-Pape - Rouge - 2016

Cépages : 90 % Grenache 8% Syrah et 2 % Mourvèdre.


Que de choses dans ce vin !

Il a un nez expressif, à la fois frais et sauvage avec des arômes de fraises écrasées, de cerises griottes, de réglisses. Il y a une légère pointe de caramel. Le côté sous-bois apporte ce caractère sauvage et les touches iodées, la fraîcheur.

C’est un peu hypnotique quand même…

En bouche, il se distingue par sa fraîcheur et sa souplesse. Les tanins sont parfaitement intégrés, très délicats. L’aromatique s’exprime bien. La matière est élégante et elle n’est pas écrasée par sa générosité. C’est bien ciselé et équilibré.

En finale, on retrouve les fruits, mais aussi de la puissance et de la fraîcheur. Et ça dure longtemps !

Pour moi, c’est un vin des grands soirs. Droit, délicat, complexe. Du haut niveau !


En ce qui concerne le 2017, on retrouve une trame aromatique similaire. Peut-être plus poivrée, plus intense.

En bouche, il y a plus d’amplitude et de caractère (effet millésime.) mais c’est toujours aussi élégant. Il a un côté, main de fer dans un gant de velours, qui est très distingué !


Prix : 26 euros

Côtes-du-Rhône Villages - 2017

Et le dernier ! C’est un vin avec un excellent rapport qualité/ prix

(Cliquez sur l'image pour voir la note de dégustation)



Voilà, j'espère vous avoir donné envie de découvrir le Domaine de l'Abbé Dîne !

Personnellement, je le range dans la colonne coup de coeur !


Si vous avez aimé cet article alors, cliquez sur le petit coeur en bas à droite 😉

👉🏻 Ne manquez aucun article en devenant membres du blog

👉🏻 Vous pouvez également me suivre sur Facebook et Instagram

Posts récents

Voir tout