Vin de France - Que cache cette mention ?


Vous vous rendez chez un ami, un voisin ou à l’anniversaire du cousin. Vous lui tendez une bouteille de vin, bien emballée dans du papier, avec le petit nœud et tout et tout. Il se réjouit, il vous remercie et s’empresse d’ouvrir le paquet. Son sourire est permanent, presque figuratif comme si la béatitude se disputait avec l’attente de la découverte.

Puis vient la réponse ! Alors ses yeux roulent, se baladent sur l’étiquette (elle est jolie.), il voit le nom de la cuvée, il ne connaît pas, ne manque plus que le nom de l'appellation qui validera la valeur de combien vous l’aimez… Et patatras : « Vin de France ».

- « Oh merci… On goûtera ça… Moi, j’avais prévu un Pomerol… »

La bouteille s’installe alors sur le buffet de la cuisine à côté de l’huile d’olive et vous n’en entendrez plus jamais parler…

Pourtant, vous savez qu’il est bon ce vin, mais il ne bénéficie pas d’un cahier des charges aussi rigoureux qu’un Chateauneuf-Du-Pape ou d’un Gigondas et on pourrait donc penser que le jus n’en vaut pas la chandelle, que nous sommes en présence d’un gros rouge qui tâche et que les sulfites ont remplacés les tanins… C’est possible, ça existe et généralement vous trouvez cela en bas des rayons d’un supermarché, mais c’est une mention qui cache aussi de belles surprises.


Alors remettons l’église au milieu de la Villageoise et parlons-en !


Parlons hiérarchie !

Les appellations sont hiérarchisées en fonction d’un cahier des charges plus ou moins strict.

Parmi ces restrictions, on retrouve des obligations :

- Le Terroir (Zone Géographique).

- La densité de plantation (espace entre les ceps).

- Les Cépages utilisés.

- Le rendement à l’hectare (plus le rendement est faible et plus le raisin est concentré en sucre et en matière).

- Que le vin soit représentatif de l’appellation.


Voici un tableau représentatif de cette hiérarchie :


Hierarchie des appellation des vin de la Vallée du Rhône

Plus vous descendez dans la hiérarchie, plus les exigences s’allègent en terme de rendement, d’encépagement, ect…, mais ce qui ne veut pas dire que la qualité n’est plus au rendez-vous car vous pouvez faire du vin de France avec les mêmes exigences et la même envie de faire découvrir votre terroir.


Alors comment arrive-t-on à faire du vin de France ?

Dans un premier temps, vous pouvez ne pas appartenir à une zone recouvrant quelconque AOC ou IGP, vous êtes donc en vin de France.

Mais la raison la plus fréquente est une question d’encépagement.

Toutes les AOC possèdent leur propre liste de cépages autorisés. Si on cultive d’autres cépages, on se retrouve reclassé dans une appellation dite refuge. (toujours liée à une zone géographique)

C’est comme cela que l’excellent « Les Vignes de mon Père » du Mas des Bressade, composé de Syrah et de Cabernet Sauvignon se retrouve en IGP du Gard. Le cabernet Sauvignon ne faisant pas partie du cahier des charges des Costières de Nimes.

Et s’il n’avait pas pu faire partie du Cahier de l’IGP, il se serait retrouvé en… Vin de France

Mais concrètement, c’est quoi un Vin de France ?

C’est en quelque sorte, le bas de l’échelle dans la hiérarchie des dénominations. Elle remplace la catégorie des Vins de table depuis le 1er août 2009. Les Vins de France offrent par contre une très grande liberté dans leur élaboration. Ils peuvent ainsi être assemblés à partir de raisins d’origines ou de millésimes différents.

Si le millésime est indiqué sur l’étiquette, 85 % des raisins doivent avoir été récoltés pendant l’année considérée, pareil pour les cépages mentionnés. Pas de limite de rendement, pas d’obligation d’encépagement, ni de pratique restrictive.

En fait la mention VDF, et ben, c’est la liberté et comme partout, certains en font n’importe quoi (on en revient à nos bas de rayons de supermarché) et s’en servent pour recycler leur jus de chaussette en y mettant une belle étiquette.

Et d’autres, utilisent cette liberté pour devenir des créateurs, des inventeurs de vins hors-normes en cultivant des cépages oubliés ou conduire leur vignoble comme ils l’entendent.

Pour ces derniers, c’est un pari risqué, car cette mention ne bénéficie pas du prestige d’une AOC ou d’une IGP bien que les VDF progressent d’année en année, et ce, grâce à la structure qui gère cette mention : Anivin

Grâce à leur détermination à promouvoir les producteurs de bons vin de France, les ventes ont augmenté de près de 50% en 2017.

Preuve que des pépites se cachent derrière cette mention.


Alors n’attendez plus ! Allez chez votre caviste (Dès que possible) et demandez-lui un Vin de France… Une belle surprise vous attend.


En attendant, je vous en ai sélectionné 3 :


La Petiote - Domaine le petit Malo - 100% Grenache -Bio


La Petiote - Le Petit Malo

Le Domaine Le Petit Malo est situé dans le village de Bourdic (Gard) à la frontière entre le vignoble de la Vallée du Rhône et celui du Languedoc. À la fois sur l’appellation Pays d’Oc, IGP Cévennes et Celle du « Duché d’Uzès » Olivier Valence a choisi cette dernière pour ces vins.

Un des critères du « Duché d'Uzès » est de faire des vins d’assemblage, alors « La Petiote » avec son 100 % Grenache ne peut prétendre à l’appellation et se retrouve en Vin de France.

Avec un rendement à 30 hectolitres à l’hectare sur des vignes de plus de 70 ans (certainement un de leur dernier millésime), ce vin est élevé 10 mois en barrique.

Quel style pour ce Vin de France ? Olivier ne le sait jamais à l’avance. Le millésime, ses envies décident pour lui. Il s’adapte et le résultat n’est pas décevant.

Avec La Petiote, fraicheur et gourmandise sont au rendez-vous.

Ce vin est frais avec une rondeur qui contient bien une aromatique sur la cerise, le poivre ainsi que quelques touches iodées et fumées.

La matière est élégante et les tanins sont fins mais bien présents.

Une véritable invitation à la détente et aux grillades. Parfait pour les beaux jours à venir.

Un joli Vin de France.

Prix : 16 euros



Graphite 2018 - Domaine de Grappes et d’Ô - 100% Syrah - Bio

Graphite - De Grappes et d'ô

À quelques kilomètres de là, toujours sur l’air d’appellation « Duché d’Uzès », Rémi Curtil a fait du Vin de France un véritable choix. Sur ses quatre cuvées, deux sont en Vin de France. Pour lui, c’est la liberté totale de pouvoir travailler ses vins comme il l’entend, avec comme objectif qu’ils soient représentatifs du terroir et du millésime. Pour Rémi, un Vin de France est avant tout une « signature de vigneron ».

En plus d’être en agriculture biologique, tous les vins sont vinifiés naturellement.

Pour la cuvée « Graphite », c'est seulement 1200 bouteilles pour l’année 2018 avec un rendement très bas de 15 hl à l’hectare.

Dans le verre, cela donne un vin soyeux, aux arômes de fraise, de myrtille et de violette. Une belle Syrah ample aux tanins délicats avec une longueur florale. Un vin d’une grande finesse. Bref, une jolie signature.

Prix : 11 euros


Monsieur N - Maison François-Xavier Nicolas - Grenache/Syrah


Monsieur N - Maison François-Xavier Nicolas

La liberté du vin de France est aussi très appréciée des artisans/négociant comme Francois Xavier Nicolas.

Basé dans la ville d’Orange(Vaucluse), « FX » a pour terrain de jeu toute la vallée du Rhône.

Constamment à la recherche de vins de qualités, il soigne aussi bien ses sélections que la relation qu’il peut avoir avec les vignerons. Résultat : De belles appellations comme Gigondas, Cairanne, Vinsobres ou encore Chateauneuf-du-Pape à des prix raisonnables, mais aussi du Vin de France avec sa gamme « Monsieur N » en 3 couleurs.

L’objectif de cette gamme est de pouvoir offrir d’excellents vins de copains, « des vins didactiques » avec des cépages représentatifs de leurs caractéristiques, et d’avoir la liberté de les trouver aux quatre coins de la Vallée du Rhône, voir plus loin…Une Syrah d’Ardèche, un Grenache des Pyrénées-Orientales, peu importe ! La typicité et la qualité étant la ligne directrice.

Pour son « Monsieur N Grenache/Syrah,», le pari est réussi.

Il nous livre un vin sur la rondeur avec une fraicheur dont la tension exalte les arômes de fruits rouges (le Grenache) accompagnée d’une structure tannique et des touches d’épices et de violette.

Un vin gourmand qui se ferait passer aisément pour un bon Côtes-du-Rhône. Tout cela pour

6 euros s’il vous plait !


Voilà c'est tout pour aujourd'hui!

A bientôt pour d'autres vins... de France